Roses des Sables et Mille Perthuis
AccueilAccueilLiensComment commander un livre E-Mail R6 

Les "avions" sont lâchés

Les "Avions" sont  lâchés

Prévisions Meteo Annonay

04 juin 2001

Le succès sportif, touristique et culinaire de notre précédente sortie à Paladru incite à repasser le plat. Le lundi de Pentecôte se prête à une nouvelle escapade. Le temps le lui rend bien.

L'équipe ne se compose plus, cette fois, que des durs du noyau dur de l'escadrille : Muriel, Gilbert, Gérard. Lucien est des nôtres avec son dérailleur électronique. Michel et Jean-François, retenus par des obligations obligatoires nous suivent par la pensée.

Nous décollons, vent latéral, en direction de Talencieux.

Absente de toute circulation et balayée par un léger mistral, la Vallée du Rhône endormie se débarrasse prestement de nous à hauteur du Pouzin. L'échauffement devrait prendre fin à Privas. Eole, toujours favorable à notre périple, retarde le début des choses sérieuses. Lucien veut ignorer cette bonté des éléments et préfère croire en un état de forme exceptionnel.

Col de l'Arénier - FR-07-0682



La prudence qu'exige l'emprunt d'une nationale empêche que la formation ne déploie sa toile avant le Col de l'Arénier... que je parviens à faire mettre en boîte. Il en sera de même de chaque autre col. C'est la spécialité du jour, qui mérite bien photos.

Col de l'Escrinet - FR-07-0787Quelques centaines de mètres sur la droite nous bifurquons à l'assaut des crêtes ardéchoises. Comme à l'habitude, l'ascension ne prête pas à flânerie, toutefois, après quelques minutes d'accélération, le tempo faiblit ; en tête, on dodeline du couvre-chef jusqu'à amorcer un demi-tour. Quelqu'un est fatigué ? Mon plan de vol serait remis en cause ? Une mutinerie ?
- Que se passe-t-il ? en viens-je à m'enquérir.
- On va faire le Col de l'Escrinet !
Ce serait dommage de passer si près sans s'y rendre.

Col de Sarrasset - FR-07-0825


Aurais-je converti la compagnie à la chasse aux cols ?
Photo faite, nous reprenons, pour de bon, la direction des hauteurs : Col de Sarrasset,
Col de la Fayolle - FR-07-0877






Col de La Fayolle,Col des Quatre Vios - FR-07-1149






Col des Quatre Vios
,

Col de Mézilhac - FR-07-1119
Col de Mézilhac,
Mézilhac.

J'aime bien les établissements où il n'y a personne ! dit-elle.
Nous aussi, apparemment, puisque nous nous y rendons. Le choix semble judicieux ; un menu cycliste est à l'affiche.
- Pas les jours fériés ! s'empresse de préciser le patron.

- Vous pourriez nous préparer des pâtes ! lui suggère Muriel, unanimement approuvé en celà par un Lucien affamé.
- Il faut une demi-heure ! tient à nous préciser, l'aubergiste.

Le temps de cuisson de la recette des nouilles reste un mystère qui doit tenir compte de l'altitude et du décalage horaire. Il me semble, pour pratiquer en amateur, que chez moi, trois à sept minutes suffisent.

Nous patientons au dehors où un soleil généreux compense la fraîcheur des cimes. Notre bonne humeur atteint elle aussi des sommets qui, par un effet atmosphérique communicatif, rafraîchissent notre gargotier. Nous ne voyons d'autre explication à son attitude soudainement déplaisante. Sans raison ni sommation, lors d'une apparition en terrasse, il nous assène :

- Je veux bien vous rendre service, mais je n'ai pas que ça à faire !
 
Nous en venons à envisager l'éventualité de changer de crémerie.

- Bon ! avec les pâtes, je vous mettrai du bourguignon, revient-il, nous imposer, péremptoire.

Le climat ainsi créé me force à lui rétorquer, dans le ton :
- Du bourguignon pour des cyclistes, c'est pas l'idéal !

Mais, l'homme a de la répartie :
- Tout mes clients cyclistes mangent du bourguignon !
- Alors ! c'est pour ça qu'on vient d'en doubler autant ! Ils devaient sortir de chez vous ! ne puis-je m'empêcher de lui répliquer.

Gérard, pourtant d'ordinaire plutôt conciliant, surenchérit :
- Vous allez voir que tout à l'heure, il va nous demander de payer !

Cette remarque a-t-elle inquiété les oreilles du fâcheux ? toujours est-il qu'une fois à table, il vire à l'aimable, participe à notre conversation et à nos fou-rires, nous entretient de ses connaissances cyclo-vélocypédiques - en particulier dans le cadre de l'Ardéchoise - et, cerise sur le gâteau, nous présente une addition allégée : moins de cinquante francs par personne. Ça y est, il a compris que nous faisons du vélo. De stupéfaction, les bras m'en tombent. Le dossier de ma chaise, aussi. Rien ne semble plus affecter le gargotier qui se propose pour immortaliser la destruction. Malheureusement, le cliché sera raté. Nul n'est parfait.

Lachamp-Raphaël, le Gerbier.

L'accès au Mont Gerbier-de-Jonc est d'ordinaire source d'efforts plus véritables. Qui ne se souvient l'avoir durement mérité, tant à l'école primaire, en leçon de géographie, qu'à l'issue de la longue montée de la Baricaude, dans le cadre de l'Ardéchoise ? Plus qu'un Mont célèbre, ce sont davantage des souvenirs qu'aujourd'hui, ici, nous prenons tranquillement en photo. Aux Estables, deux itinéraires se présentent : le contournement du Mézenc par un chemin à rallonge, montagneux à la Russe et hostile au vent ! l'autre, direct, par la Croix de Peccata (col que je n'ai encore jamais franchi) avec plongée sur Fay-sur-Lignon, notre prochaine étape. Devinez pour quel parcours je milite !
La formation décide de s'envoler pour la Croix de Peccata.  Quelle chance !

A Mars, je propose d'éviter Saint-Agrève par un chemin forestier menant directement à Devesset, via le lac. Raccourci que jamais nous ne trouvons. En revanche nous ne manquons pas Le-Chambon-sur-Lignon. Quelques fractions d'heures plus tard, enfin remis sur la bonne route (aérienne, bien sûr) le retour s'annonce banal dans des lieux connus... trop connus de Gilbert,qui ne sait résister à la tentation d'honorer vivement la côte de Saint-André. Le feu aux poudres est mis. Rien, pas même le
col des Baraques ne pourra l'éteindre avant Annonay.

Gilbert en actionGérard en actionSeule une bière offerte par Gérard, au café du Champ de Mars, aura raison des braises. Trente-cinq bornes de poursuites, en conclusion d'un périple flirtant, pour certains, avec les deux cent cinquante kilomètres, s'imposaient comme un minimum pour continuer à mériter le qualificatif "d'avions".


N’hésitez pas à partager le lien de cette page sur les réseaux sociaux, dans des forums, sur vos blogs, listes de diffusion... Merci !



     



© 2007 Accueil  | Feuilleton |  La Piste Trafricaine | Le Pont des Soupirs  |  L'auberge aux pans d'or